béatrice garnier

Diplômée de l’Ensad, inscrite à la Maison des Artistes, j’ai travaillé en tant graphiste conceptrice pour de nombreuses sociétés et projets d’auteurs une belle vingtaine d’années.

Parallèlement, j’ai toujours mené un travail plus personnel d’illustrations à l’encre, aquarelle, collage telles les Ephémères, les séries Zelij, Zodiac…

En 2012, le programme de recherche SAIL de l’EnsadLab auquel je participe me permet d’approfondir ma propre recherche sur les interactions entre lumière, matière et couleur. Ma recherche graphique s’étoffe par l’écriture de la lumière avec des matières translucides telles la porcelaine et certains papiers ce qui me permet de bénéficier en 2014 d’une allocation de recherche de l’EnsadLab pour mon projet « Translucidité » .

De ces années de recherche sortent « Diafane », une sculpture lumineuse modulable, exposée notamment aux D’Days en 2016 ainsi qu’une nouvelle pratique, celle de céramiste.

A la lisière de la sculpture et de l’objet usuel, l’idée est de conjuguer les codes et repères par des objets hybrides aux frontières des problématiques de l’industrie et de la galerie, de reproduction et singularisation où l’usager s’approprie sa relation à l’objet.

Le jeu de l’aquarelle et de l’eau sur le papier inspire mon travail en céramique. La porcelaine coulée se fige sur le moule en plâtre comme l’eau fige son mouvement par la glace, l’évaporation ou les traces qu’elle laisse sur le sable ou le papier. Ce sont ces instantanés d’un fluide en mouvement qui guide le graphisme de mes objets et sculptures en céramique. Le feu en dispose…